Call for Papers for 2021 conference | Conférence 2021 appel à soumissions

People, Power, Politics, Pandemics and Other Perils in Southeast Asia |
Peuples, pouvoir, politique, pandémies et autres périls en Asie du Sud-Est

21-24 October 2021 | 21-24 octobre 2021
University of British Columbia/Université de la Colombie-Britannique (UBC), Vancouver, Canada

English | Français

le français suit

The COVID-19 outbreak has disrupted many facets of our daily lives. It has also amplified the need for Southeast Asian researchers, scholars, practitioners and artists working in various fields to share new learnings, lessons, dilemmas and dreams, inspired by current crises our world and humanity face today.

Much of what is happening in the Southeast Asian region and the wider world today with the COVID-19 pandemic is deeply connected with the kinds of issues and concerns that CCSEAS scholars have long engaged with since its creation. They have fine-tuned mainstream disciplinary studies by linking their analyses to broader challenges, including pandemics, disasters, urban insurrections, rural insurgencies, social cleavages, economic dislocations, regime transitions, and intergenerational conflicts. They have connected urban, peri-urban and rural development concerns with roles of states, non-government and international financial agencies, and governance at various scales, magnified by resource constraints, legitimation crises, ecological stresses, and political emergencies.

We invite all scholars interested in the Southeast Asian region and its growing diaspora worldwide to submit paper, panel, roundtable, video art/screen work and poster proposals to CCSEAS 2021, which we hope will be among our first “live” conference in the post-pandemic period.

We are particularly interested in submissions rethinking Southeast Asian political economy and location in disrupted neoliberal globalization in relation to discourses on human rights, liberalism, good governance, and democracy, whose futures and prospects in Southeast Asian region, and elsewhere, have been complicated by the still-spreading global pandemic. 

Papers and panels may include but not limited to:

  • State, security and surveillance in exceptional times
  • Pandemic preparation, management and recovery
  • Inequality and injustice during the pandemic
  • Pandemic scapegoats and sacrificial lambs
  • Gendered dimensions of the COVID-19 pandemic
  • Post-pandemic survival and scenarios
  • Contemporary Southeast Asia and East Asia relations
  • Rethinking Empires: US, China, Japan and Southeast Asia
  • Canada-Southeast Asian political and economic cooperation
  • Changing ASEAN: Responses during COVID-19
  • Agriculture, climate change and biodiversity
  • Art, nature, culture and community
  • Mobility, migration and livelihoods
  • Human rights and democracy: Perils, trajectories and prospects
  • Tensions, threats and terror
  • Violence, financial insecurity, tensions, fear within home and other spaces
  • Food and water (in)security
  • Climate and environmental (in)justice
  • Public health systems: From reform to radical proposals
  • Reproductive and other health care services
  • Gender, race, class and sexuality in changing SEA
  • Mobile bodies, precarious livelihoods and perilous spaces
  • “Essential workers” and services in everyday existence
  • Class, ethnicity and gender dynamics of work, agency and well-being

Please submit proposal on or before Friday, 5 February 2021 here.  

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La pandémie de COVID-19 a perturbé de nombreuses facettes de notre vie quotidienne. Ce contexte a amplifié le besoin pour les chercheur(e)s, expert(e)s, praticienn(e)s et artistes de l’Asie du Sud-Est travaillant dans divers domaines de partager de nouvelles connaissances, leçons, dilemmes et rêves, tirés des crises multiples auxquelles la planète fait face aujourd’hui.

Les enjeux liés à la pandémie de la COVID-19 en Asie du Sud-Est – et plus largement au niveau mondial – sont en fait profondément liés à des enjeux préexistants, que les membres du CCEASE se sont engagés à traiter depuis sa création. Ils ont contribué aux études disciplinaires traditionnelles tout en reliant leurs analyses à des défis plus larges, notamment les pandémies, les catastrophes naturelles, les insurrections urbaines et rurales, les clivages sociaux, les bouleversements économiques, les transitions de régime et les conflits intergénérationnels. Ils et elles ont intégré des préoccupations liées au développement urbain, périurbain et rural, aux rôles des États, des organisations non gouvernementales, ou des institutions financières internationales, et à la gouvernance à divers niveaux administratifs, amplifiées par les contraintes de ressources, les crises de légitimation, le stress écologique et les urgences politiques.

Nous invitons tous ceux et celles qui sont intéressé(e)s par la région de l’Asie du Sud-Est – et sa diaspora croissante dans le monde – à soumettre des propositions d’articles, de panels, de tables rondes, d’art vidéo et d’affiches à la conférence 2021 du CCEASE, qui, nous l’espérons, feront partie de nos premières conférences en personne après la pandémie.

Nous sommes particulièrement intéressé(e)s par des soumissions repensant l’économie politique de l’Asie du Sud-Est dans le cadre d’une mondialisation néolibérale perturbée, notamment en relation avec les discours sur les droits de l’homme, le libéralisme, la bonne gouvernance et la démocratie, dont l’avenir et les perspectives en Asie du Sud-Est (et ailleurs) ont été brouillées par la pandémie mondiale en cours.

Les articles et les panels peuvent traiter, sans toutefois s’y limiter, des thèmes suivants:

  • État, sécurité et surveillance en période de crise
  • Préparation, gestion et solutions face à la pandémie de la COVID-19 et ses suites
  • Inégalités et injustice liées à la pandémie de la COVID-19
  • Boucs émissaires et agneaux sacrificiels de la pandémie de la COVID-19
  • Dimensions genrées de la pandémie de la COVID-19
  • Survie et scénarios post-pandémie
  • Relations contemporaines entre l’Asie du Sud-Est et l’Asie de l’Est
  • Repenser les empires: États-Unis, Chine, Japon et l’Asie du Sud-Est
  • Coopération politique et économique : relations Canada-Asie du Sud-Est
  • Changements au sein de l’ASEAN: réactions pendant la pandémie de COVID-19
  • Agriculture, changements climatiques et biodiversité
  • Art, nature, culture et communauté
  • Mobilité, migration et moyens de subsistance
  • Droits de l’homme et démocratie: enjeux, trajectoires et perspectives
  • Tensions, menaces et terreur
  • Violence, insécurité financière, tensions, et peur dans la vie quotidienne et autres espaces
  • (In)sécurité alimentaire et hydrique
  • (In)justice climatique et environnementale
  • Systèmes de santé publique : de la réforme à la transformation radicale
  • Santé reproductive et autres enjeux de santé
  • Genre, race, classe et sexualité en Asie du Sud-Est
  • Corps mobiles, moyens de subsistance précaires et espaces périlleux
  • « Travailleurs essentiels » et services dans la vie quotidienne
  • Dynamiques de classe, d’ethnicité et de genre, du travail, d’agentivité et du bien-être

Veuillez soumettre votre proposition au plus tard le vendredi 5 février 2021 ici.

CCSEAS Legacy Lives On | Message from the CCSEAS President

It is an understatement to say we live in unprecedented and highly uncertain times.  

The combined impacts of catastrophic climate changes, both sudden and incremental, and increasing social and economic inequalities, have long been hurting Southeast Asian communities, and other people around the world, long before the onset of the COVID-19 pandemic. 

In a short span of less than six months, the pandemic has exposed systemic structural vulnerabilities, injustices and inequities in our life support systems—our health care, food supply chains, childcare, schools, universities, manufacturing industries, physical and social infrastructures—as well as our countries’ and regions’ increased interconnections and interdependencies. It has also exposed how emergent populist authoritarian rulers in Southeast Asia, and elsewhere, stoke long-standing fears and persistent prejudices with pandemic-related emergency powers as “perfect pretext” or cover for increased repression of their citizens, greater political manipulation, or power concentration. 

Much of what is happening in the Southeast Asian region and the wider world today with the Covid-19 pandemic is deeply connected with the kinds of issues and concerns that CCSEAS scholars have long engaged with since its creation.

CCSEAS scholars have studied class structures and relations in SEA beyond the “three great classes” of peasants, workers and landed capitalists. They have fine-tuned mainstream capital, peasant, labour, political, development and resource studies by linking their analyses to broader challenges—including pandemics, disasters, urban insurrections and rural insurgencies—that cause severe social cleavages, economic dislocations, regime transitions, and intergenerational conflicts. They have connected urban, peri-urban and rural development concerns with governmentality approaches and roles of states, non-government, international financial agencies, and governance at various scales, magnified by resource constraints, legitimation crises, ecological stresses, and political emergencies. 

They have taken up the challenge of examining “economic miracles,” “economic crises” and the political economy of “state penetration,” “crony capitalism,” “neo-patrimonialism,” “corporatization,” “financialization” and “neoliberal globalization” over the years, concepts and practices that have been wedded to discourses on human rights, liberalism, good governance and democracy, whose futures and prospects in the Southeast Asian region, and elsewhere, have been complicated by the still-spreading global pandemic.

To continue its tradition of critical scholarship and mentoring of young Southeast Asian studies scholars in Canada, and being well positioned to tackle old and new challenges our fast changing societies confront regularly, the CCSEAS has been blessed with a new and younger Executive members: Kai Ostwald (UBC) as Vice-President, Isabelle Cote (Memorial) as Treasurer, Stéphanie Martel (Queen’s) as Member-at-Large,Antoine Beaulieu (U Laval), and Mallory MacDonnell (York) as student representatives, supported by Alicia Filipowich (York) and Jennifer Langill (McGill). I am the eldest on the team, having attended CCSEAS Conferences since the 1990s when I was still a graduate student. At these meetings, I had the great fortune of meeting many seasoned senior scholars who undoubtedly have played a big role in my own intellectual growth and professional development as an academic and researcher.

Led by these young leaders and graduate students across Canada, we will renew our CCSEAS commitment to critical and engaged scholarship with a conference theme “People, Power, Politics, Pandemics and Other Perils in Southeast Asia” to be held at the University of British Columbia in Vancouver on 21–24 October 2021. 

We will monitor the public health situation next year to determine how our travel and logistical arrangements will be affected by the pandemic. We are prepared to hold the Conference in virtual and hybrid spaces should travel advisories and other essential precautionary measures be still in place. Please watch out for our conference poster, a  call for papers as well as Facebook and Twitter accounts with more details on how you can be involved in conference planning and preparations. Kindly get in touch with our CCSEAS Secretariat for more details.

We hope that the 2021 CCSEAS Conference will be your first post-pandemic conference of choice! Maraming Salamat. Mabuhay!

Leonora C. Angeles, President

L’héritage du CCEASE renouvelé | Message de la présidente du CCEASE

Dire que nous vivons dans des temps sans précédent et hautement incertains serait un euphémisme.

Les effets combinés des changements climatiques—à la fois soudains et s’accentuant avec le temps—et du creusement des inégalités socioéconomiques sont la source de plusieurs enjeux dans différentes régions du monde (dont l’Asie du Sud-Est), et cela bien avant le début de la pandémie de la COVID-19.

En moins de six mois, la pandémie a révélé (ou intensifié) (1) des vulnérabilités structurelles systémiques, (2) des injustices et des inégalités dans nos systèmes d’assistance à la vie—soins de santé, chaînes d’approvisionnement alimentaire, garderies, écoles, universités, industries manufacturières, infrastructures physiques et sociales—ainsi que (3) des relations et une interdépendance accrues entre pays et entre régions. Le contexte de la pandémie a également montré comment les dirigeants autoritaires populistes émergents en Asie du Sud-Est (et ailleurs dans le monde) attisent des peurs de longue date et des préjugés persistants combinés à des mesures d’urgence par lesquels la pandémie devient un « prétexte parfait », ou une façon de dissimuler une répression accrue de leurs citoyens, une plus importante manipulation politique, ou un renforcement de leur contrôle. 

Les enjeux liés à la pandémie de la COVID-19 en Asie du Sud-Est—et plus largement au niveau mondial—sont en fait profondément liés à des enjeux préexistants, que les membres du CCEASE se sont engagés à traiter depuis sa création.

Les chercheur(e)s du CCEASE étudient depuis longtemps les structures et les relations de classe en Asie du Sud-Est au-delà des « trois grandes classes » de paysans, d’ouvriers et de capitalistes fonciers. Ils et elles ont contribué à l’étude générale du capital, des paysans, du travail, de la politique, du développement et des ressources en reliant leurs analyses à des défis plus larges—y compris les pandémies, les catastrophes naturelles, les insurrections urbaines et rurales—qui provoquent de graves clivages sociaux, des bouleversements économiques, des transitions de régime et des conflits intergénérationnels. Ils et elles ont lié les problèmes de développement urbain, périurbain et rural aux approches de gouvernementalité et au rôle de l’État, des organisations non gouvernementales, des institutions financières internationales et de la gouvernance à divers niveaux administratifs, amplifiés par les contraintes de ressources, les crises de légitimation, les stress écologiques et les urgences politiques.

Ils et elles ont relevé le défi d’examiner au fil des ans les « miracles économiques », les « crises économiques » et l’économie politique de la « pénétration de l’État » par des intérêts privés, du « capitalisme de copinage », du « néo-patrimonialisme », de la « corporisation », de la « financiarisation » et de la « mondialisation néolibérale ». Tous ces concepts et pratiques sont imbriquées dans les discours sur les droits de l’homme, le libéralisme, la bonne gouvernance et la démocratie, dont l’avenir et les perspectives en Asie du Sud-Est (et ailleurs) ont été brouillées par la pandémie mondiale en cours.

Afin de poursuivre sa tradition de recherche critique et de mentorat de jeunes chercheur(e)s sur l’Asie du Sud-Est au Canada, le CCEASE, un groupe bien à même de relever les défis passés et présents auxquels nos sociétés en évolution rapide sont régulièrement confrontées, peut maintenant compter sur les contributions d’une nouvelle cohorte de jeunes membres au sein de son conseil exécutif: Kai Ostwald (University of British Columbia) comme vice-président, Isabelle Côté (Memorial University) comme trésorière, Stéphanie Martel (Queen’s University) comme membre de l’Exécutif, Antoine Beaulieu (Université Laval) et Mallory MacDonnell (York University) comme représentants étudiants, appuyés par Alicia Filipowich (York University) et Jennifer Langill (McGill University). Je suis l’aînée de l’équipe, ayant participé aux conférences du CCEASE depuis les années 1990 alors que j’étais encore étudiante aux cycles supérieurs. Lors de ces évènements, j’ai eu la grande chance de rencontrer de nombreux universitaires chevronnés qui ont sans aucun doute joué un rôle important dans ma propre croissance intellectuelle et mon développement professionnel en tant qu’universitaire et chercheure.

Sous la direction de ces jeunes leaders et étudiant(e)s, basés d’un bout à l’autre du Canada, nous renouvellerons la tradition critique et l’engagement du CCEASE à soutenir la prochaine génération de chercheur(es) avec une conférence ayant comme thème « Peuples, pouvoir, politique, pandémies et autres périls en Asie du Sud-Est », qui se tiendra à l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver du 21 au 24 octobre 2021.

Nous surveillons de très près l’évolution de la situation de la pandémie de la COVID-19 pour déterminer comment nos déplacements et autres aspects de notre planification logistique seront affectés. Nous sommes prêt(e)s à organiser la conférence dans des espaces virtuels ou hybrides si des avis de voyage et d’autres mesures de précaution essentielle sont toujours en place. Surveillez la diffusion imminente de notre affiche de conférence, notre appel à communications ainsi que nos comptes Facebook et Twitter pour plus de détails sur la façon dont vous pouvez contribuer à la planification et aux préparatifs de la conférence. Pour plus d’informations, veuillez contacter notre secrétariat.

Nous espérons que votre premier choix de conférence post-pandémie sera celui du CCEASE en 2021! Maraming SalamatMabuhay!

Leonora C. Angeles, présidente

CCSEAS on social media! CCEASE est sur les réseaux sociaux

At long last, we have a new Canadian Council for Southeast Asian Studies (CCSEAS) Facebook page! We hope it will serve as a platform for community-building and information/knowledge sharing for the social sciences and humanities of Southeast Asia in Canada and beyond. Please share, and follow this space for imminent announcements about our 2021 conference! You can also follow us on Twitter @CCSEAS_CCEASE. 

On a une nouvelle page Facebook du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est. Nous souhaitons en faire une plateforme d’échange et de partage d’information/de connaissances sur les sciences sociales et humaines de l’Asie du Sud-Est au Canada et au-delà. Merci de suivre et de partager! Surveillez également cette page pour des annonces imminentes sur notre prochaine conférence en 2021. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter @CCSEAS_CCEASE.